mercredi 25 avril 2012

The illusion of space

It seems that one can put as much as stuff in any container as soon as the content is compressed. We tend to think that there is no limit in the amount that space can take. The space gives the illusion of an hologram. However scientists demonstrated that there is a limit. This principle explains the formation of black holes in the universe.

My dad took a peculiar pleasure in fitting the maximum amount of stuff into the smallest possible space. Whenever we went on a family trip, he packed our suitcases like a 3-D jigsaw puzzle, ensuring there wasn’t a single wasted inch—a laudable skill as far as I was concerned, since I could take all the toys I wanted and he’d find room for them. (The bags weighed a ton, but those were the days of free baggage check.) Later, when I drove off to my first apartment, he managed to get a household’s worth of stuff into a two-door car. He always denied there’s any limit on how much stuff you can pack into a certain volume. It was just a question of ingenuity. Alas, the theoretical physicists speaking at A Thin Sheet of Reality: The Universe as a Hologram at this year’s World Science Festival have bad news: there is a limit. If you exceed it, the gravitational force exerted by the contents of your suitcase will become so intense that the suitcase collapses into a black hole, and you’ll never see your stuff again. Admittedly, this ultimate limit is pretty forgiving. An airplane roll-on could hold a Jupiter’s worth of highly compressed material before you ran into trouble with black holes. (The TSA is another matter.) A limit, per se, might not seem terribly surprising. No amount of paternal ingenuity can overcome the fact that material objects unavoidably take up space; however hard you squeeze, you can’t compress them to nothing. But what’s strange about the ultimate packing limit is that it depends on the size of the container. Bigger containers can hold proportionately less stuff than smaller ones. A two-door car, as wide as two suitcases, has room for eight suitcases in all. If I pack each suitcase to its ultimate limit and then jam them all into the car, I will exceed the car’s overall limit and lose the lot. The most I can put in is two. The car promises so much extra room, but as soon as I try to avail myself of it, nature stops me. It is as if the space is a mirage. This limit on packing is one aspect of what physicists call the Holographic Principle by analogy to a hologram, which, like my old car, gives the illusion of depth. What happens when you pack things together is one of the most important thought experiments for physicists today. When I dropped by Stanford University in February to chat with one of the participants in this festival event, Lenny Susskind, he told me, "I think it’s the most radical lesson that we’ve learned about physics since the Uncertainty Principle." What makes it so radical is that the density of matter was supposed to depend only on how compressed each individual scrap of matter can become. It shouldn’t make any difference how many scraps you pile up. That is true not just of density but of other key properties such as how much information each scrap of material can encode. The whole is just the sum of its parts. This intuition is formalized in the modern theory of matter, known as quantum field theory. But the propensity to form black holes means that what one scrap of matter is capable of doing depends on what all the other scraps are doing. The whole is less than the sum of its parts. Physicists have suspected for over half a century that quantum field theory needs to give way on extremely small scales, eventually becoming unified with the other great pillar of modern physics, Einstein’s general theory of relativity. That is why they have built giant particle accelerators, which act as powerful microscopes to zoom in on the sub-subatomic world. But the Holographic Principle means that quantum field theory also breaks down on large scales. Whereas no suitcase on Earth is at risk of collapsing to a black hole, the limit become pressing as size increases. Objects with the dimensions of the solar system max out at the density of liquid water. The cosmos is filled with black holes that formed when natural processes attempted to pack too much material too tightly. It’s one thing to expect a breakdown of quantum field theory on small scales, quite another to make sense of it on a large scale. The Holographic Principle also shows that space isn’t what it appears to be. I don’t mean outer space, the realm of astronauts and asteroids, but the space all around us, the space in our suitcases and cars, the space that separates lovers when they part. Space is pulling a bait-and-switch on us: it seems to have plenty of room to hold stuff, yet it doesn’t. The Holographic Principle is one of several clues suggesting that the concept of “space” is an elaborate illusion—or, to be more precise, that it emerges from a deeper spaceless reality, much as living organisms emerge from inanimate matter. What breathes life into a lifeless jumble of chemicals is the way those pieces fit together and work together. Likewise, the world may develop a spatial structure from the way its most fundamental ingredients fit together and work together. The best-developed theory for how this can happen goes by the somewhat technical name of “gravity/gauge duality,” which uses the concepts of quantum field theory to do the fitting and working. The force of gravity turns out to be a by-product of the process. One implication is that spatial notions such as distance are derivative. Objects that appear to be far apart may actually be lying right on top of each other, when considered in some deeper sense—which perhaps offers some consolation to the separated lovers of the world. This panel brings together Susskind and the other father of the Holographic Principle, Nobel laureate Gerard ’t Hooft, along with two physicists who generalized and elaborated on their work, Raphael Bousso and Herman Verlinde.

http://blogs.scientificamerican.com/observations/2011/05/17/space-is-an-elaborate-illusion/

mardi 17 avril 2012

Le dossier de la corruption Haiti-Republique Dominicaine: 300.000 dollars de plus pour Mirlande Manigat

Le dossier de la corruption Haiti-Republique Dominicaine est tres volumineux selon la journaliste vedette Nuria Piera. Parcourant les pages de son dossier la journaliste dominicaine a decouvert un autre versement de 300.000 dollars a  Mirlande Manigat. Celle-ci s'etait tout simplement contentee de dementir par la radio que la premiere accusation de reception des 250.000 dollars etait fausse. Elle n'a pas essaye d'en prouver la faussete ni meme de pretendre intenter une action en justice contre la journaliste pour diffamation. Madame Manigat n'etant pas au pouvoir elle ne saurait parler de tentative de coup d'etat entre un membre du parti revolutionnaire dominicain (PRD) et un haitien vivant en Haiti. Alors on comprend bien que la politique de cette "democratie" est corrompue a la base. Il faut ramasser de l'argent de tous les cotes pour sa campagne en tenant ferme a la satisfaction des promesses faites aux gros contribuables et non celle du peuple qu'on s'amuse a bluffer en leur promettant vents et marrees. On comprend alors pourquoi a chaque periode d'elections des dizaines de candidats se ruent au conseil electoral pour presenter leur candidature. L'opportunisme de ces candidats est manifeste et ils ne visent que leurs propres interets financiers. Ils se contentent d'empocher quelques milliers de dollars et voila on ne les reverra plus dans les prochaines elections. On n'entendra plus parler d'eux. L'elu aurait a satisfaire les interets de leurs gros contribuables

  P-au-P, 16 avril 2012 [Alter Presse]- La journaliste investigatrice dominicaine Nuria Pierra revient à la charge et informe que l’ancienne candidate à la présidence d’Haiti, Mirlande Manigat, aurait reçu un autre versement de 300.000 dollars de la part du sénateur dominicain Felix Bautista, en plus des 250.000 mentionnés précédemment.
Lors de son émission télévisée du week-end écoulé, dont des extraits sont disponibles sur Youtube, la journaliste a expliqué avoir continué à éplucher les comptes de Bautista et avoir découvert un autre versement de 300.000 USD à Manigat.
Les documents sont volumineux et il faudra du temps pour les explorer et relever les principales données qui peuvent intéresser le public, souligne Pierra, en présentant la liste des versements devant les caméras.
De même, la journaliste a révélé que Bautista a loué un hélicoptère le 10 novembre 2011 au profit de « MM Haiti » et cette transaction a été effectuée en deux versements : 185.520 pesos et 60.294 pesos.
Les initiales « MM » pourraient bien être celles du président Michel Martelly, a signalé Nuria Pierra.
Le président Martelly a effectué un déplacement en hélicoptère au Cap-Haitien le 10 novembre 2011 afin de visiter le chantier du campus de Limonade, offert à Haiti par la République Dominicaine.
Dans les précédentes révélations de la journaliste dominicaine, le nom de Martelly a figuré comme éventuel bénéficiaire de 2,5 millions de dollars de la part de Bautista, avant et après son élection à la présidence (entre 2010 et 2011).
Sur un ensemble de 500 millions de dollars US de contrats de reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010, 338 millions ont été accordés à des compagnies appartenant à Felix Bautista et ses affiliés, dans des conditions jugées irrégulières par une commission d’enquête mise en place par l’ancien premier ministre Garry Conille. [gp apr 16/04/2012 17:00]






lundi 9 avril 2012

Le dossier de la corruption Haiti-Republiue Dominicaine

Suivez l'argent, dit le vieil adage du journalisme d'investigation. Une journaliste dominicaine qui ne fait que se battre, s’est colletée à des dizaines de documents financiers de certaines entreprises de construction Dominicaines. Les résultats de ce qu’elle a découvert sont choquants.

Au cours de l'année 2011, Michel Joseph Martelly, en tant que candidat, président élu, et président d'Haïti, a reçu près de 2,6 millions $ en une douzaine de paiements environ, la plupart en “cash,” d'un sénateur Dominicain nommé Félix Bautista, selon un rapport explosif télévisé du 31mars, présenté par la journaliste vedette de la télévision Dominicaine Nuria Piera.

Les pots de vin présumés étaient vraisemblablement liés à l’assurance d’obtenir trois contrats pour des travaux publics post-séisme d’une valeur de plusieurs millions, remportés dans des conditions douteuses, par des entreprises de construction Dominicaines contrôlées par Bautista, selon le rapport de Nuria et des documents du gouvernement haïtien obtenus par Haïti Liberté.

Les allégations arrivent alors que le président Martelly est déjà assailli par une enquête du Sénat haïtien cherchant à déterminer si lui et son candidat au poste de Premier ministre, Laurent Lamothe, détiendraient ou détiennent de fait une double citoyenneté, ce qui est interdit par la loi haïtienne.

Si les charges de Mme. Nuria s’avèrent vraies, entièrement ou même partiellement, elles peuvent porter un coup mortel à la présidence de Martelly. Déjà, le député Arnel Bélizaire, qui a été arrêté illégalement en Novembre dernier sur ordre de Martelly, dit qu'il s’apprête bientôt à convoquer la Haute Cour de Justice du Parlement en vue de destituer le président. Un autre député, Tholbert Alexis, a déclaré à Scoop FM qu'il ferait pression pour mettre sur pied une commission spéciale devant examiner les allégations de Nuria Piera.

Plusieurs paiements à Martelly proviennent prétendument de comptes bancaires de deux entreprises appartenant à Bautista qui ont décroché des contrats importants en Haïti. Il revient à Constructora Hadom la reconstruction du Palais législatif d'Haïti, détruit durant le tremblement de terre du 12 janvier 2010, au coût de 33,77 millions de dollars; tandis que Constructora Rofi SA a été choisie pour construire un nouveau complexe d’habitation dans le quartier de Fort National dévasté par le tremblement de terre pour la somme de 174,31 millions de dollars. Construcciones y Diseños R.M.N. SA, également liée à Bautista, a remporté un contrat de 135,31 millions pour construire un complexe d’habitation au Bowen Field, l'ancien aéroport militaire d’Haïti au bas de Delmas.

En bref, tous les trois contrats, totalisant 343,32 millions de dollars, ont été accordés à trois sociétés appartenant complètement ou liées au sénateur Félix Ramon Bautista Rosario, qui est aussi le secrétaire du Parti de libération dominicain (PLD), dirigé par le président Leonel Fernández. Bautista détient 98% de Constructora Hadom , ainsi que le montrent les documents de Nuria. Bautista est également propriétaire de Constructora Rofi. Deux associés très proches de Bautista, Rosalin Marta Novas et José Bolivar Ventura, sont les propriétaires de Construcciones y Diseños RMN.

Toutefois, les contrats, approuvés le 8 novembre 2010 par l'ancien Premier ministre Jean-Max Bellerive, ont été la cible d'un audit par le Premier ministre de Martelly, Garry Conille, que Washington avait imposé à Martelly en octobre 2011. Mais Martelly a forcé Conille à démissionner en février 2012, après son refus d’arrêter la vérification de ces trois contrats (et 38 autres avec des entreprises dominicaines), comme le président lui avait ordonné.

Depuis des semaines, des rumeurs circulaient en Haïti et en diaspora à l’effet que Conille avait été congédié pour avoir entrepris l’audit contenant des informations préjudiciables à la fois à Bellerive et à Martelly. Mais dans une note du 3 avril, du Cabinet de Communication de Martelly, le président a prétendu qu'il est celui à avoir insisté qu’il y ait un audit « qu'il ne l’aurait jamais exigé s'il était en collusion avec les bénéficiaires de ces contrats jugés douteux par son gouvernement. »

Le Président Martelly a nié les accusations de Mme. Piera dans des “Tweets” qu’il a envoyés à environ 19 heures le 2 avril. « La Présidence de la République rejette catégoriquement les allégations selon lesquelles le Président de la République S.E.M. Michel Joseph Martelly, aurait été mêlé à une quelconque affaire de corruption impliquant des firmes ou des personnalités de la République Dominicaine, » a écrit Martelly via Twitter, qualifiant le reportage de Mme. Piera « d’accusations fantaisistes portées injustement contre le Chef de l'Etat » et de « lynchage médiatique du Président de la République », qui « font partie d’une vaste campagne d’intoxication de l’opinion publique visant à salir l’image du Président Martelly et à porter atteinte à son intégrité ».

Les Tweets de Martelly ont conclu en disant: « cette attaque en règle menée contre la personne du Chef de l'Etat participe d'une démarche tendant à faire obstacle à la politique de changement et de modernisation de l'Etat que le Président de la République commence à instaurer dans le pays. »

Le soir même, le porte-parole de Martelly, Lucien Jura, a pris la parole à la radio pour nier le reportage de Mme. Piera.

Le reportage de Nuria a déclaré que Mirlande Manigat, l’adversaire de Martelly au deuxième tour présidentiel du 20 mars 2011, a également reçu un paiement en cash de 250.000 $ le 18 février 2011. Le responsable de la campagne de Manigat, le sénateur Youri Latortue, a prétendu qu'il ne savait rien du paiement. Mme. Manigat a également nié avoir reçu une telle somme, elle ou son équipe de campagne. « Ils disent que c'est une journaliste crédible, mais elle s’est trompée, » a dit Manigat.

La semaine dernière, dans une réponse à un article en Haïti Liberté, Bellerive a également dénoncé les critiques des contrats comme « une campagne de presse, de toute évidence commanditée » et une « opération de lynchage médiatique », arguant qu’en « fonction de leur proximité géographique, les firmes dominicaines se trouvaient en bonne position pour obtenir des contrats. »

Cependant, une source haut placée basée en République dominicaine et qui a renseigné Haïti Liberté sur les offres d'appel et les contrats a été outragée. « L’appel d’offres fermé avec trois sociétés appartenant à la même personne est un cauchemar », a t-il dit, en proposant l'analyse suivante. « Je crois que l'Oncle Sam a été concerné du fait que l’ampleur évidente du scandale pourrait décourager les bailleurs de fonds internationaux à donner plus d'argent pour le pays ... Bellerive a été négligent... Le PM [Conille] dans un premier temps ne se disposait pas à aller faire une chasse aux sorcières, mais a tout simplement essayé d'annuler ces contrats de façon à les refaire. Je ne pense pas qu'il était prêt à endosser cette catastrophe. Mais le Président s’est offensé de son enquête. »

Les contrats ont été approuvés par un comité composé de Michel Content, Lionel Grand'pierre, et Hervey Day. Tous les trois sont de proches collaborateurs de Bellerive. M. Day, qui a dirigé le comité, est le cousin de Bellerive. Plus tard, M. Day sera nommé par le Président Martelly ministre de la Planification, un poste également occupé par Bellerive, alors qu'il était Premier ministre. Conille avait également voulu obtenir le poste de ministre de la Planification, mais Martelly le lui a refusé. C’est un poste clé, car le ministère de la Planification gère la plupart des contrats de reconstruction.

« Il est vrai que Félix Bautista nous a présenté plusieurs entreprises dominicaines parce que nous avions demandé à Leonel Fernández de nous aider à trouver des entreprises prêtes à travailler tout de suite - même sans paiement d'avance,» a dit Bellerive au Miami Herald, ajoutant qu'il « ne savait pas que [Bautista] était propriétaire d'actions dans ces différentes sociétés. »

La Direction nationale de la République dominicaine des Poursuites pour Corruption Administrative a dit au Herald qu'il était maintenant en train d’enquêter sur Bautista, représentant de San Juan de la Maguana, pour corruption.

Le reportage de Mme. Piera a également souligné des pots de vin apparemment payés à de nombreux fonctionnaires de haut rang dans le PLD et le gouvernement Dominicain.

Le rapport souligne également que le sénateur Bautista est fabuleusement riche, possédant de l'immobilier en République dominicaine valant environ $ 10,440,000 dollars.

Bautista a également nié toute infraction à la loi, mais possède un passé très compliqué. En 2000, il a été emprisonné pour corruption et mauvaise gestion de fonds gouvernementaux, et a été inculpé sur les mêmes accusations en 2007. Il a également été mis en examen pour des liens avec le fameux baron de la drogue de Porto Rico, Agosto Figueroa.

Nuria Piera allègue que les versements effectués par les entreprises de Bautista à Michel Martelly se sont présentés comme suit:

● Le 17 mars 2011, trois jours avant l'élection présidentielle en Haïti, $ 300.000 et $200.000 ont été transférés du compte bancaire. # 240-005129-7 de Diseño de Obras y Electo Civiles ou DOCE, que Bautista possède.

● Le 4 avril 2011, $300.000 dollars directement, et un autre $300 000 en cash par l'intermédiaire de Ricardo Jacobo, ont été livrés par la banque de DOCE Acct. # 240-005129-7.

● Le 3 novembre 2011, $100.000 ont été transférés de la banque de DOCE Acct. # 240-005129-7.

● Le 5 novembre 2011, $150.000 ont été versés à partir du compte n ° 766-215511 de Constructora Hadom au Banco Popular.

● En 2011, des paiements de $400,000, $300.100, et $100.000 ont été effectués à partir de Constructora Rofi à un numéro de compte Unibank 0102-1012-0009423393.

● En 2011, un autre paiement de $37 000 a été transféré de Constructora Rofi en cash par Victor Reynoso.

Le montant total transféré par les entreprises contrôlées par Bautista à Martelly en 2011 ont été de $2,587,100, selon « seulement les documents que nous avons en notre possession », a rapporté Nuria Piera, en suggérant qu'il pourrait y avoir eu encore plus de pots de vin. On dit que son programme "Nuria Investigación" est le programme le plus regardé de la télévision en République dominicaine .
Haiti Liberte
Lire aussi sur la meme rubrique:
Bautista nie tout
Si j'aurais a prendre quelque chose ce ne serait pas quelque chose de si petit
La journaliste Nuria Piera demande que des injustices ne soient pas commises en quete de ses sources
Le senateur Bautista aurait admis avoir aide deux candidats
Haiti-Republique Dominicaine: Un avilissement
Les pieces du scandale
Les autorites dominicaines ouvrent une investigation dans un cas de corruption impliquant Martelly
Martelly contre-attaque
Haiti-Republique Dominicaine: Martelly implique dans un grave scandale de corruption selon la presse dominicaine

lundi 2 avril 2012

Haiti-Rep. Dominicaine: Martelly implique dans un grave scandale de corruption selon la presse dominicaine


 

P-au-P., 2 avril 2012 [AlterPresse] --- Le Chef de l’État haïtien, Michel Martelly, serait impliqué dans un des cas les plus graves de corruption sur l’ile d’Haiti, rapporte l’agence dominicaine Espacinsular (partenaire d’AlterPresse) citant la télévision de la République voisine.
Martelly aurait reçu directement ou indirectement du sénateur dominicain Félix Bautista, propriétaire de plusieurs entreprises, un total de plus de 2, 5 millions de dollars US, révèle, durant le week-end, le programme « Nuria sur la 9 » conduit par la journaliste vedette Nuria Piera.
Selon les documents présentés par la journaliste, les opérations effectuées portent les noms du président haïtien ainsi que d’intermédiaires dominicains.
Les transactions auraient commencé depuis la campagne électorale présidentielle de 2010 et se seraient poursuivies après l’élection de Martelly à la présidence.
La candidate Mirlande Manigat, rivale malheureuse de Martelly, aurait, pour sa part, reçu 250.000 dollars.
Tous deux ont été invités à prononcer des conférences à Santo Domingo par la FUNGLODE, une fondation créée par le président Leonel Fernández, qui considère le sénateur Bautista comme un fils.
Sur un ensemble de 500 millions de dollars US de contrats de reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010, 338 millions ont été accordés à des compagnies appartenant à Felix Bautista et ses affiliés, dans des conditions jugées irrégulières par une commission d’enquête mise en place par le premier ministre (démissionnaire depuis le 24 février 2012) Garry Conille.
La presse dominicaine note que ces révélations se produisent moins d’un an après l’arrivée au pouvoir de Martelly (mai 2011), comparé à Abdalá Bucaram de l’Equateur, destitué par le parlement de son pays en février 1997, un peu plus d’un an de mandat, pour « incapacité mentale à exercer le pouvoir ».
Les confrères dominicains signalent également les relations difficiles de Martelly avec le parlement, qui enquête, entre autres, sur sa double nationalité et sa double identité présumées. Ce qui porte certains parlementaires à évoquer une possibilité de mise en accusation du chef de l’État, car la Constitution haïtienne interdit la double nationalité en ce qui concerne le président de la République. [gp apr 02/04/2012 1:00]