lundi 30 juillet 2012

Haiti ouverte au business: Un carnaval de "mauvais gout" et deficitaire impose par le Chef de L'Etat haitien

5h30: Radio Solidarite ne donne pas de nouvelles. Pas de nouvelles non plus de Radio Kiskeya avec l'emission de nouvelles de 4 heures. J'ecoute regulierement ces deux stations pour les nouvelles d'Haiti. Certaines stations de radio semblent reporter en direct la mascarade carnavalesque. Donc la presse parlee chome durant environ une semaine. La presse en general semble se porter collabo de cette entreprise demagogique a l'heure ou Haiti est classe septieme pays en faillite, le chomage, la misere et l'insecurite font ravage. Des milliers de victimes continuent a vivre sous les tentes. Le cholera continue a tuer. L'insalubrite prime sur la proprete dans une capitale, principale portee d'entree du pays. Apres le deversement des matieres fecales dans la riviere de l'artibonite generatrices du cholera meurtrier par les soldats de l'ONU, une entreprise dominicaine prend la releve en devesant du salami fait de matieres fecales. J'hesite a le dire: les faits sont la, on veut faire d'Haiti un depotoir de matieres fecales. Au lieu de se pencher sur la resolution de ces problemes le gouvernement haitien enivre le peuple haitien avec la drogue carnavalesque sous l'initiative d'un chef de l'Etat au comportement dictatorial imposant toutes ses initiatives meme celles les plus contestees comme ce carnaval des fleurs. Les elites intellectuelles dans leur majorite et economiques n'attendaient que cela comme entreprise lucrative et de debauche en depit de certaines voix reportoriees ca et la s'elevant contre ce carnaval qualifie "d'entreprise de mauvais gout" rappelant la dictature duvalieriste. Certaines couches des masses populaires, inconscientes ou non de l'efet cet evenement sur leur situation s'embarquent aussi dans la mascarade. En effet ces couches  sont desorientees depuis un bon bout de temps et semblent se vouer a elles-memes. Pas une station de radio progressite boycottant la mascarade en continuant leurs emissions regulieres. Pas de secteur progressiste organisant un boycott organise. Les forces repressives ont arreter un citoyen avec des tracts de protestation dits "subversifs" et qui sera accuse comme toujours de complot contre la surete de l'Etat. On n'a pas de problemes avec un carnaval comme initiave gouvernementale entrainant une foule  dont cet evenement repond a leurs desirs. En avoir deux ou meme plusieurs comme le disait un citoyen c'est trop et tout simplement sous l'initiative d'un chef d'Etat-musicien qui veut imposer ses desirs personnels a une nation en majorite paraissant aveuglee ces derniers temps (on pourrait se porter a croire que cette situation affecte la majorite mais ce serait peut-etre une illusion) et prete a cautionner des initiatives allant a l'encontre de ses interets.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire